Comment je stimule ma créativité ?

citations anthony robbins

On me demande très fréquemment si je crée des tours de magie moi-même ou si je prends des tours déjà existants je vous dévoile aujourd’hui mon processus de créativité. Personnellement, je considère que je compose mes numéros avec des choses déjà existantes, un peu comme un musicien qui utilise des accords existants pour composer une nouvelle mélodie. On peut donc dire que tous les tours que je présente ont été modifiés et revus par mes soins.

Depuis que je pratique la magie, j’achète énormément de livres sur le sujet, ce qui me permet d’avoir une connaissance des techniques et des numéros de mes confrères. C’est un des meilleurs apprentissages en magie car il fait appel à l’imaginaire, à l’inverse de la vidéo où l’on voit directement ce qui doit être exécuté. Cette culture magie me permet de piocher dans mes connaissances pour créer moi-même mes tours le moment venu.

aperçu de ma bibliothèque en mode écriture de spectacle

Il est primordial pour moi que le numéro que je présente soit facile à suivre et à comprendre. Durant un cocktail, il y a généralement du bruit, du mouvement, donc si le tour n’est pas simple à comprendre pour le public, c’est peine perdue.

J’aime utiliser des objets du quotidien ou que tout le monde connaisse (un jeu de cartes, une pièce, un briquet, un billet, une bague…). Je prends généralement l’objet et essaie de le détourner de sa fonction principale ou tout simplement trouver des utilisations inattendues. Ca peut être simplement pour faire un gag dans un numéro, comme mon numéro où le briquet du spectateur grossi à vue d’œil pour devenir géant.

Une fois que le tour rentre dans ce moule, il faut trouver une bonne présentation pour que le public l’apprécie. Elle doit être composée d’humour et ne doit pas demander trop l’attention du participant. C’est en réalité plus un prétexte pour faire les tours, donc j’utilise souvent des références du milieu professionnel dans lequel j’officie ou en rapport avec l’actualité, ou j’improvise en live en fonction du contexte.

Mes sources d’inspiration

Vous avez mon cahier des charges, voici où je puise mon inspiration : J’écoute beaucoup de musiques diverses et variées, du classique à l’électro. La musique est un vecteur d’émotions et de créativité puissant. Elle influence énormément notre état d’esprit et nous gonfle notre niveau d’énergie. Au moment des répétitions d’un tour, elle me permet de tester des rythmes différent et choisir le plus adapté.

Je regarde énormément de vidéos d’autres domaines artistiques (humour, cirque moderne, et court-métrage), mais aussi des conférences de développement personnel, ou sur le domaine de l’entreprise. Les thèmes abordés me permettent de trouver des accroches pour mes tours.

Le cinéma m’inspire aussi énormément, en particulier les films de Christopher Nolan. Il y a toujours un switch tordu à la fin auquel on ne s’attend pas et qui nous donne envie de revoir le film ou de réfléchir sur le sujet.

Je suis passionné de jeux vidéo et d’informatique, je puise aussi dans les nouvelles technologies même si c’est beaucoup plus rare.

Comment je sors de l’impasse

Quand je sèche complément sur une idée, je prends n’importe quel livre, l’ouvre et le premier mot qui attire mon attention sera une piste de travail. Cette méthode est dure car quand vous tombez sur un mot comme « greffe », on peut penser que le chemin sera long pour créer un tour ou trouver un thème. Finalement, le tour pourrait parler de médecine ou l’on pourrait greffer une gommette sur une pièce pour la signer et la rendre unique avant qu’elle ne disparaisse pour se retrouver dans un endroit incroyable.

Voici les deux pistes qui me viennent tout de suite à l’esprit, une troisième a bien pointé le bout de son nez mais je la garde pour moi le temps qu’elle germe. Ce qui m’amène à parler du temps. Concrétiser une idée prend du temps et demande des essais. Cela fait partie du processus de création. Voici un petit compte rendu sur ma créativité.

Mathieu Grant Magicien